Le système immunitaire a pour rôle de nous défendre contre les virus, les parasites, les bactéries et certains poisons. C’est grâce à lui que notre corps peut fonctionner normalement, en étant à l’abri des milliers d’agressions qu’il subit quotidiennement sans que nous le remarquions.

Ce système complexe peut cependant être affaibli par plusieurs facteurs : Manque de sommeil, stress, mauvaises habitudes alimentaires, ou tout simplement manque de soleil dû à la saison hivernale. Vous imaginez bien que les conséquences de cet affaiblissement peuvent être désastreuses.

Mais comment vous assurer que votre système immunitaire fasse son travail correctement ? Certains aliments participent grandement à son bon fonctionnement, c’est le cas par exemple du fruit d’acérola.

Qu’est-ce que l’acérola ?

L’acérola (ou acérolier) est un arbuste sur lequel poussent des petits fruits rouges aux riches vertus nutritives, souvent dénommés par le même terme que l’arbre sur lequel ils poussent. L’acérolier est originaire des Caraïbes et d’Amérique centrale et a aussi été largement introduit dans les îles pacifiques d’Australie. Cet arbuste fait parti de la famille des Malpighiaceae et ses fruits sont dénommés de plusieurs façons, telles que, parmi les plus célèbres : « acérola », « la cerise azerole », « cerises des Antilles », « cerises de la Barbade ».

L’acérola est beaucoup moins connu du grand public que son cousin le houx, mais ses étonnantes vertus l’ont poussé vers le devant de la scène ces dernières années. En effet, il est considéré comme ce que l’on appelle un super-fruit : un terme qu’utilisent les commerciaux pour mettre en avant les fruits aux teneurs énergétiques élevées.

Il contient une quantité 20 à 30 fois supérieures en vitamine C à l’orange, pourtant réputée pour en contenir un bon niveau. Ce taux remarquable lui vaut une place parmi les aliments les plus riches en vitamines C, aux côtés des fruits du Camu-Camu (de la famille des goyaves) et de la prune du Kakadu.

À noter aussi, son bon taux en vitamine B6 et vitamine B1, ainsi qu’en anthocyanines, en flavonoïdes et en certains minéraux. Cette haute présence en ce que l’on appelle des micronutriments lui confère une capacité antioxydante élevée et plusieurs propriétés comme l’effet anti-âge et l’éclaircissement de la peau[1].

Acérola pour renforcer les défenses immunitaires

L’acide ascorbique est un acide aux propriétés antioxydantes présent dans les aliments sous forme de vitamine C. L’acérola attire l’attention du monde de la recherche depuis les années 1950 pour la quantité impressionnante qu’il contient d’un taux allant de 1500 à 4500 mg pour 100 g[2]. Mais quel rôle joue cette vitamine dans notre organisme et quel est l’intérêt d’en consommer ?

Rentrons un peu dans la chimie moléculaire opérant au cœur du fruit d’acérola lorsque celui-ci est traité par notre organisme. En étant assimilée par le corps, la vitamine C qu’il contient va transmettre divers électrons dans le corps grâce à ses fonctions pléiotropiques. Elle va permettre l’activité biologique de plusieurs enzymes biosynthétiques et régulatrices de gènes : c’est le secret de son pouvoir antioxydant.[3]

Mais son rôle va aussi être largement porté sur la défense de notre organisme, car la vitamine C va soutenir diverses fonctions cellulaires du système immunitaire inné et adaptatif. Cela va permettre à l’organisme d’assurer les fonctions de protection contre les agences pathogènes connues mais aussi plus inédites comme le coronavirus.[4]

En bref, la vitamine C est un micronutriment essentiel pour les humains, il permet en d’assurer le bon fonctionnement de notre système immunitaire. En consommer en quantité suffisante est donc primordial pour lutter contre les maladies, le stress, la fatigue chronique, et bien plus encore.

Contre-indications, effets secondaires et précautions concernant la prise d’acérola

acérola bienfaits

L’acérola est-il si magique que ça ?

Certaines précautions sont à prendre avant de se ruer sur les stocks d’accessibles et d’en consommer comme des bonbons aux bienfaits magiques. Tout d’abord, n’oubliez pas que le terme superfruit  utilisé pour décrire l’acerola, a été créé par les commerciaux, et est donc à prendre avec des pincettes. Plusieurs fruits contiennent des taux notables de certains bio composants et ne sont pas pour autant qualifiés de super-fruits par les commerciaux. L’utilisation de ce terme leur permet de justifier des prix excessivement chers. Son taux en vitamine C est certes impressionnant, mais biens d’autres aliments possèdent aussi de très bons taux de plusieurs micronutriments. L’orange par exemple, contient deux fois plus de vitamine B9 que l’acérola.

Un produit sain reste à consommer avec mesure

La quantité d’acérola conseillée varie selon sa forme :
Sous forme de gélules : 1000mg à 3000mg par jour, répartis en 3 fois
Sous forme de poudre : une cuillère à café par jour
Sous forme de comprimés à sucer : un ou deux comprimés trois fois par jour

Ces doses conseillées semblent s’appliquer à peu près de la même manière à tout le monde selon les personnes chargées de les mettre en vente. Méfiez-vous cependant avant de consommer ce genre de produit, car il a été démontré qu’un surplus de vitamines n’a aucun avantage pour les personnes non carencées dans la prévention de maladies chroniques, comme cela pourrait être sous-entendu par certains commerciaux. [5]

Aucun effet sur les maladies chroniques, c’est une chose… mais comment réagiriez-vous si l’on vous annonçait qu’un surplus en vitamine pouvait accroître le risque de développer certaines maladies ? C’est ce que semblent indiquer certaines études à propos des conséquences d’un surplus d’antioxydant, de vitamine A, vitamine B6 et vitamine E. [6]

Nous vous conseillons donc fortement d’effectuer des analyses en laboratoire et d’en discuter avec votre médecin avant de vous jeter à corps perdu dans une consommation quotidienne d’un fruit aussi riche en vitamines C que l’acerola. Cet avertissement est aussi valable pour les vitamines synthétisées ou nourritures particulièrement riches en certains micronutriments.

Notez aussi qu’une consommation journalière exagérée en vitamine A pourra avoir des effets plus directs que ceux qui sont cités ci-dessus, comme des troubles digestifs et des troubles urinaires. Respectez donc bien les doses conseillées par votre médecin après que celui-ci ait consulté vos analyses.